(refletsdechine) Senkaku ou Diaoyu ? Ça dépend d’où vient le vent

Leave a comment

October 7, 2012 by Water Wisdom

Le 18 août 2012 23 h 29 min

Senkaku ou Diaoyu ? Ça dépend doù vient le vent

Si vous parcourez certaines zones de commentaires suivant les articles sur ce conflit de territorialité opposant la Chine continentale alliée à Taiwan et le Japon, vous y trouverez des « prises de position » assez amusantes. Bien que la plupart de ces intervenants soient incapables de situer plus de quatre départements français ils donnent raison au Japon, ce de la même manière qu’ils ont un avis très précis sur le problème du Tibet sans en connaitre davantage l’histoire. Si la fibre « nationaliste » pousse un Japonais à affirmer que les îles Senkaku font partie intégrante de leur pays et un Chinois à revendiquer les mêmes terres baptisées localement Diaoyou, cette affaire est bien moins évidente pour un étranger.

Entre lire un article sur ce sujet émanant du Figaro, ou de tout autre média antichinois primate, en le prenant pour argent comptant et faire quelques recherches pour tenter d’y voir plus clair, il y a un fossé que la plupart des lecteurs du journal du coiffeur ne sont pas prêts à sauter. Ne désirant pas pour ma part  mourir totalement idiot, j’ai donc cherché à en savoir un peu plus.

Avant la Première Guerre sino-japonaise (1894-1895), ces îles étaient des vassales de laChine et de l’État japonais de Satsuma. Après la défaite chinoise, le Japon a annexé ces terres en alléguant qu’elles avaient été découvertes en 1884. À l’époque même le ministère de l’Intérieur nippon avait émis des doutes sur le mot « découvert » du fait que de nombreux écrits Chinois faisait état de l’existence de ces îles bien avant cette date. Vers 1900, un entrepreneur du nom de Koga Tatsushiro va louer les îles pour y installer usine de transformation de bonite. Après la fermeture des installations en 1940, les îles resteront désertes, seules quelques tombes de pêcheurs taïwanais permettant aux autorités chinoises de jouer de nos jours sur cette différence entrent inhabitées et inoccupées.

Les divergences de vues sur la propriété de ces îles étant déjà importantes, le traité de San Francisco signé en 1952 en l’absence de la Chine continentale, de Taiwan et de l’URSS, ne va rien arranger. Par ce traité de paix, aboutissement de la capitulation intervenue 6 ans plus tôt, le Japon reconnaît l’indépendance de la Corée et renonce à toute revendication sur ses anciennes possessions des îles Kouriles et Sakhaline, devenues soviétiques, ainsi que sur Taiwan et ses archipels du Pacifique, passés sous tutelle étasunienne. Si la « Chine nationaliste, l’Inde et la Birmanie signent à leur tour le traité quelques mois plus tard, la Chine continentale et l’URSS refuseront de parapher ce document.

Les USA désirant faire face aux deux entités alors communistes, les îles Senkaku/Diayou deviennent des terrains d’entraînement pour les forces armées US. Sachant que le départ des Américains est proche, l’Assemblée législative d’Okinawa adopte une résolution en 1970 sous le contrôle toujours effectif de son occupant, déclarant que les îles Senkaku sont la propriété du Japon. En 1972, les forces armées quittent les îles, le gouvernement US précisant que ce transfert de droit d’administration ne signifie nullement une reconnaissance de propriété, cette question devant dans le futur faire l’objet de négociations entre les parties concernées. Difficile de ne pas voir dans cette manœuvre une volonté délibérée de la part des responsables américains de laisser en suspens cette question alors qu’ils ont poussé les Japonais à adopter une résolution deux ans plus tôt où ils s’attribuent la propriété des îles. Ce comportement des plus étrange l’est d’autant plus que 3 ans auparavant la commission économique des Nations Unies a identifié des réserves de gaz et de pétrole à proximité de Senkaku/ Diayou.

Bien que le gouvernement japonais ait interdit tout développement de ces îles, ce qui peut renforcer le doute sur une éventuelle propriété, s’y déroule un certain nombre d’activités à vocation scientifiques menées par des universitaires. Il faut y ajouter quelques expéditions plus ou moins chroniques de la part de groupes nationalistes nippons désirant démontrer que ces terres sont les leurs, ce à quoi répondent leurs homologues chinois quand ils ne prennent pas les devants.

Si les montées de fièvre sont fréquentes, dont celle actuelle, les gesticulations de part et d’autre n’apportent aucune solution à ce problème laissé et alimenté par le « libérateur » américain soutenu par ses alignés. Savoir à qui appartiennent ces îles apparait donc comme un véritable casse-tête que les parties en présence auront le plus grand mal à résoudre. Seule une organisation comme les Nations Unies pourraient ouvrir une réelle discussion, mais là encore son noyautage de la part des USA ne peut satisfaire tout le monde comme on le voit avec le problème Syrien. Pour ma part, je me garderai bien de donner mon avis sur cette opposition politico-économique, ce même si certains éléments me poussent à accorder une préférence au Japon sur la base d’une certaine logique historique. Ce qui est par contre certain, c’est que cette dispute territoriale trouve son origine dans le don qu’ont les États-Unis d’intervenir partout (Oui je sais, ils nous ont libérés de l’invasion nazie !) pour se retirer ensuite en laissant derrière eux des montagnes de problèmes.

PS: Il est amusant de constater que notre presse, qui se fait souvent juge avant les juges, a déjà attribué les îles aux américains japonais puisque ces serviles courroies de transmission les nomment Senkaku et non Diaoyu. Le problème semble donc résolu grâce à cet apport de connaissance et d’intelligence qui n’est pas plus à démontrer que leur indépendance.

Source documentaire : http://www.historytoday.com/joyman-lee/senkakudiaoyu-islands-conflict  http://en.wikipedia.org/wiki/Treaty_of_San_Francisco

Ecrit par : Alain Albié le : 2012-08-18 23:29:48 Pour Reflets de Chine

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 61 other followers

Categories

Archives

%d bloggers like this: