(LE MONDE) La Chine est propriétaire des îles Diaoyu et non le Japon

Leave a comment

November 9, 2012 by Water Wisdom

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/10/30/la-chine-est-proprietaire-des-iles-diaoyu-et-non-le-japon_1783146_3232.html

La Chine est propriétaire des îles Diaoyu et non le Japon
LE MONDE | 30.10.2012 à 15h06 • Mis à jour le 30.10.2012 à 15h07
Par Kong Quan, ambassadeur de Chine en France
Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer Imprimer EnvoyerPartager facebook twitter google + linkedin
Il y a douze ans, j’ai été nommé porte-parole du ministère des affaires étrangères, poste que j’ai occupé pendant cinq ans. Durant mon mandat, les questions qui m’ont été le plus souvent posées portaient sur les relations entre la Chine et le Japon autour de deux questions principales : les problèmes historiques et les contentieux territoriaux.
En 2006, le premier ministre japonais d’alors, Junichiro Koizumi, a tenu à visiter le sanctuaire Yasukuni, un acte synonyme d’hommage rendu aux criminels de guerre auteurs de crimes contre l’humanité pendant la seconde guerre mondiale. Comment peut-on imaginer que le peuple chinois et l’ensemble des peuples asiatiques victimes du militarisme japonais puissent l’accepter ?

L’Europe a aussi beaucoup souffert lors de la seconde guerre mondiale. Cependant, l’Allemagne a adopté une attitude radicalement opposée à celle du Japon. Je me rappelle encore vivement des scènes de la visite en 1970 du chancelier Willy Brandt en Pologne. Une nation qui a le courage de reconnaître ses erreurs et de les corriger est une nation confiante. L’attitude des Allemands à l’égard de leur passé a constitué la base de la paix et de la prospérité en Europe.

Aujourd’hui, les relations sino-japonaises se retrouvent une fois de plus dans une situation très difficile à cause du contentieux autour des îles Diaoyu. Bien des documents historiques ont prouvé que les îles Diaoyu faisaient partie intégrante de la Chine. Et s’agissant des documents anciens, que nous disent les documents historiques français ?

J’ai demandé à mes collaborateurs de consulter les précieuses archives de la Bibliothèque nationale française qui a mis à notre disposition des cartes établies par Guillaume Delisle en 1772, Didier Robert de Vaugondy en 1778 et Alexandre Blondeau en 1817. Toutes ces cartes ont démontré de façon claire l’appartenance des îles Diaoyu à la Chine.

La restitution de ces îles à la Chine est en fait un devoir que le Japon doit assurer en tant que pays vaincu de la seconde guerre mondiale conformément aux traités signés à la fin de la guerre. Au cours des négociations menées par la Chine et le Japon en vue de normalisation de leurs relations en 1972 et du traité de paix et d’amitié entre les deux pays en 1978, les dirigeants chinois comme Zhou Enlai et Deng Xiaoping ont proposé de laisser de côté ce contentieux. Cette proposition a fait l’objet d’un consensus entre les deux pays confirmé par les premiers ministres japonais de l’époque, Kakuei Tanaka et Takeo Fukuda. C’était une des cautions essentielles pour toute normalisation des relations sino-japonaises.

La Chine souhaite développer son économie, améliorer les conditions de vie de sa population. Tant de choses lui restent à faire et qui nécessitent des efforts de plusieurs générations. La Chine a besoin, de ce point de vue, plus que les autres, d’un environnement de paix et de stabilité.

Lorsque j’étais porte-parole du ministère des affaires étrangères, le Japon avait déjà commencé la construction de phares sur les îles Diaoyu. Tout récemment, dans le prolongement de sa logique, le Japon a ravivé intentionnellement le feu en “nationalisant” l’île.

La Chine et le Japon partagent une proximité géographique, une similitude culturelle et une interdépendance économique. Quarante ans depuis la normalisation des relations sino-japonaises, le volume du commerce entre les deux pays a atteint 340 milliards de dollars (260 milliards d’euros). L’interdépendance économique et commerciale est profonde, et nul ne peut la briser. Alors que l’économie mondiale souffre actuellement d’un ralentissement soutenu, il est d’autant plus nécessaire à la Chine et au Japon de renforcer, main dans la main, leur coopération.

La Chine ne veut pas que cette situation difficile perdure. Nous souhaitons simplement que la partie japonaise corrige au plus vite ses erreurs. La balle est maintenant dans le camp du Japon.

Kong Quan, ambassadeur de Chine en France

*********************************************************************

http://www.thechinatimes.com/online/2012/10/5532.html

Ambassador Kong Quan urges Japan to correct wrongdoings over Diaoyu Islands

Historical evidence shows that Diaoyu Islands belong to China, the Chinese ambassador to France said in an article published Wednesday, while expressing the hope that Japan would correct its wrongdoings over the issue as soon as possible.

In the essay, published on French daily Le Monde, Kong Quan noted that the China-Japan relationship, already shadowed by Japan’s unacceptable attitude towards its past, has recently been jolted again by the Diaoyu Islands dispute.

Plenty of historical records, including a number of ancient maps stored in the National Library of France, demonstrate that the group of uninhabited islets are part of Chinese territory, he said.

Returning the islands back to China is a legal obligation Japan must follow after its defeat in WWII, Kong said, noting that the bilateral agreement reached by former leaders of the two countries to shelve the dispute was an important foundation for the normalization of China-Japan relations.

China, said the ambassador, needs a peaceful and stable environment to develop its economy and improve people’s living standards, an undertaking that requires the efforts of generations.

However, from building lighthouses in the past to “nationalizing” the islands today, Japan has kept making provocations over the Diaoyu Islands issue, Kong added.

China and Japan are not only geologically close but closely connected both in economy and in culture, he said, noting that the two sides have also developed a strong interdependence in economy and trade.

Especially, against the backdrop of the current global economic gloom, the two neighbors should join hands to strengthen cooperation, he added.

China does not want the current difficult situation in China-Japan relations to persist, and hopes that Japan would correct its mistakes as soon as possible, Kong said.

The ball is now in Japan’s court, he said.

The ambassador also recalled that during his tenure as a foreign ministry spokesman, the China-Japan relationship was one of the most frequently asked subjects, and related questions mainly fell into two categories: historical issues and territorial ones.

On historical issues, Kong, citing former Japanese Prime Minister Junichiro Koizumi’s repeated visits to Yasukuni Shrine and former German Chancellor Willy Brandt’s 1970 visit to Poland, said that Japan’s attitude towards its past contrasts sharply with Germany’s.

A nation that is brave to admit and correct its mistakes is a nation with confidence, he said, adding that Germany’s attitude towards its past laid the foundation of the peace and prosperity of today’s Europe.

Xinhua

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 61 other followers

Categories

Archives

%d bloggers like this: